Une RÉGION CENTRALE RICHE ET PROSPÈRE

C’était mardi 30 juillet 2019 !
Cela fait 2 ans que nous étions au Rwanda ! A cette date, nous laissions derrière nous le parc national de NYUNGWE, le cap vers Kigali, la capitale du Rwanda.
En chemin, nous nous arrêterons au sanctuaire marial de KIBEHO.

Progressivement, la forêt laisse la place aux plantations de thé, protection pour la forêt et aux arbres eucalyptus qui sont exploités.

La région du centre du Rwanda est une région fertile. Nous voyons des plantations de blé et de petits pois, en terrasse, des céréales, du manioc, des rizières … des patates douces, haricots rouges, pommes-de-terre …

Les collines s’effacent pour nous montrer une région au relief plus plat, plus vaste et riche.
Les Rwandais cultivent leur propre café. C’est un café de terroir parfumé et goût dont l’arôme aiguise nos sens.

Les champs de thé nous permettent de découvrir comment sont récoltées les feuilles.

Les arbres fruitiers sont nombreux et donnent beaucoup de fruits (mangues, ananas, papayes, prunes du Japon …).

Ce petit pays, grand comme la Bretagne, se développe très vite.

Des brasseries voient le jour : les Rwandais distillent et fabriquent
aussi leurs propres bières.

Ainsi, ce pays aux mille collines se révèle un pays aux riches ressources agricoles, économiques et sociales où le frère est au centre de son développement.

Le Rwanda a pour chacun de nous une place très particulière dans nos cœurs . Aujourd’hui les Rwandais sont nos frères en Église universelle.

Mwirirwe, « au revoir »

Posté par Jacqueline L.

LAUDATO SI : Émerveillement et moult louange

Muraho « bonjour » ! Cela fait de nombreuses semaines que nous essayons de vous montrer le pays du Père Protogène et ses habitants, et de vous faire connaître le groupe qui a eu la chance de partager ces moments exceptionnels.

Nous vous avons parlé de nos amis Rwandais qui ont une place aujourd’hui toute particulière dans nos cœurs.

Cependant, nous n’avons pas encore parlé du plus important, de ce qui nous lie tous ensemble  : notre Foi dans le Christ Jésus.

Cette foi nous a permis à tous d’avoir de l’audace et de sortir de nos habitudes de vie. Cela nous a permis d’aiguiser nos oreilles « que ceux qui ont des oreilles entendent », et nos yeux, « que ceux qui ont des yeux voient ». Entendre et voir avec le cœur ouvert pour ensuite pouvoir donner.

Tous les jours, nous avons pu ainsi vivre une messe en Église Universelle. Moments intenses, de partage, de prière, de recueillement, à l’image de la joie de l’Évangile et vivre un cheminement spirituel intérieur.

Maintenant, je vais partager avec vous ces moments, presque chronologiquement.

Mercredi 24 juillet 2019

Nous allons à Kibuye où nous partageons la messe au Centre Saint-Jean.

Le paysage est magnifique. Il y règne une grande sérénité.

Jeudi 25 juillet 2019

Mgr d’Ornellas préside la messe à la Cathédrale de Cyangugu.

Le peuple de Dieu est joyeux, haut en couleur. Il danse et chante. Il prie le chapelet. Nos yeux s’écarquillent, nos sens sont en éveil et nous laissons pénétrer en nous ce rythme, ces mélodies, cette ambiance si particulière, dans nos cœurs.

Vendredi 26 juillet 2019

Nous assistons à la messe dans l’intimité de la chapelle du Centre Pastorale Incuti (CDPI)

Samedi 27 juillet 2019

Nous prenons le bateau et naviguons sur le lac Kivu pour nous rendre à la paroisse de Nkombo, sur une presqu’île congolaise.

Cet environnement de l’eau nous enveloppe. La lumière est belle et particulière. Nous sommes accueillis par une foule souriante, colorée comme si nous étions les personnes les plus importantes.

Le chemin qui nous conduit est abrupt et nous foulons tous ensemble ce même chemin au rythme des chants et des d’jambes ; chemin d’amitié, de rencontres modelant intérieurement notre cœur.

Dimanche 28 juillet 2019

Nous nous rendons dans la Paroisse Nyabitimbo pour la messe d’ordination sacerdotale (du diacre Védaste présidée par Mgr Célestin, administrateur) concélébrée avec Mgr Pierre d’Ornellas.

C’est un moment formidable, unique. La foule est innombrable, présente pour vivre ce grand moment.

Lundi 29 juillet 2019

Nous allons pour vivre la messe et la bénédiction de la Chapelle de Gitongo, dans la paroisse de Tyazo.

J’en garde de très bons souvenirs. J’ai été touchée par toute la liturgie liée à la bénédiction de la Chapelle, liturgie autour de l’autel, liturgie autour du tabernacle, liturgie autour de l’assemblée.

Mardi 30 juillet 2019

Cette fois ci, nous partageons la messe au sanctuaire de Kibeho : lieu des apparitions de la vierge (1981 – 1989).

Nous foulons cette terre sacrée, nous ouvrons nos oreilles et nos yeux au témoignage donné de ces apparitions.

Mercredi 31 juillet 2019

Nous assistons à la célébration à la Cathédrale de Ruhengeri.

Jeudi 1 août 2019 et Vendredi 2 août

La messe a lieu à la Chapelle du Centre Saint-Paul à Kigali.

Vous comprendrez que progressivement et aussi intensément nous avons cheminé intérieurement, laissant en nous des sillons brûlants. Ces moments partagés avec nos frères et sœurs rwandais se révèlent encore aujourd’hui nous ouvrant sur une Église Universelle et faisant écho aux messages du Pape François sur l’écologie intégrale. 

Oui, nous pouvons le dire vraiment: « Laudato si », Loué sois-tu, Seigneur!

Mwirirwe, « au revoir »

Posté par Jacqueline L.

L’eau : une ressource importante au RWANDA

Muraho « bonjour » et Murakaza neza « bienvenus », c’est par ces mots
que nous avons été partout accueillis au Pays des Mille Collines.

Accueil en musique et danse sur l’île de Nkombo !!

Le territoire rwandais dispose d’une grande richesse : ses lacs,
ses rivières, l’eau qui descend des montagnes. Je suis surprise par ces grandes diversités. Petit pays intérieur d’Afrique tourné vers ses lacs.

L’eau c’est la vie !

Chaque membre de la famille contribue à son bien-être. Quelque soit l’âge, les Rwandais qui habitent dans les montagnes font de nombreux km pour s’approvisionner en eau.

Le Lac Kivu : Celui-ci fait 2 700 km2. C’est l’un des grands lacs d’Afrique. Il se situe entre la République démocratique du Congo et le Rwanda. Il est à une altitude de 1400 m.
Cyangugu fait partie des villes rwandaises qui bordent le lac Kivu.

Le samedi 27 juillet 2019, nous prenons le bateau sur le lac Kivu pour nous rendre sur l’île Nkombo, à côté de la République du Congo.

Je vois sur les berges du lac, des infrastructures touristiques, des pêcheurs et de la pisciculture.
Le tourisme se développe au Rwanda.

Le jeudi 1er août 2019, nous allons vers l’Est, vers le parc national de l’Akagera : terre de plateau et de savane. C ‘est une région très fertile. Elle fait partie du diocèse de Kibungo.

Le Père Napoléon nous accueille à Jambo Beach, où ce jour là, nous sommes les seuls touristes sur le lac MUHAZI.

C’est un lieu touristique où faune et flore sont respectées.

Les plus téméraires ont décidé d’aller se baigner avant de manger.
Et, après le repas excellent, avec grillades, nous avons pu naviguer sur le lac, après avoir assisté à la réparation artisanale du moteur, « système D » … mais tout fut réussi.

Nous avons vu de loin la savane.

Sur le retour, nous sommes remplis de joie et de gratitude envers les uns les autres et nous chantons.

Mwirirwe, « au revoir »

Posté par Jacqueline L.

KIGALI, la capitale du RWANDA ou la SINGAPOUR africaine » ?

Mardi 30 juillet 2019, nous arrivons à Kigali, la capitale du Rwanda, vers 18 h 20. Nous sommes hébergés au Centre pastoral SAINT- PAUL.

De Cyangugu à Kigali, il y a 300 km.
Nous avons traversé les Milles collines, par mille virages !

Kigali est la capitale politique. Elle possède plus d’un million d’habitants. Elle est située à 1 545 m d’altitude vers le centre du territoire rwandais.

Beaucoup de personnes viennent y travailler . La capitale se développe très vite.

Après le génocide, Kigali s’est reconstruite (des quartiers entiers ont été détruits). Elle est devenue dynamique, ouverte vers l’extérieur. L’influence internationale se fait sentir (présence de plusieurs ambassades). Hélas! La ville commence à ressembler aux villes occidentales avec ses restaurants, ses hôtels, ses bars, ses transports, ses banques, son aéroports, ses quartiers commerciaux et d’affaires …

Kigali City Tower est un immeuble de bureaux et de commerces de grande hauteur (20 étages) avec un centre commercial de 4 étages, un parking, des bureaux, ses points de vente, son supermarché,
son cinéma …

Kigali City Tower

Nous avons pu voir aussi la tour ronde : Centre de Convention international (Conventionnel Center). C’est une merveille au centre de la ville : Tour lumineuse dans la nuit mettant l’accent sur les personnes diplomatiques importantes de passage au Rwanda.
La couleur du drapeau illumine dans la nuit.
Elle a déjà accueilli le 27 ième sommet de l’Union Africaine.

A Kigali, le trafic s’intensifie. De plus en plus de Rwandais ont une voiture. Cependant, beaucoup se déplacent à pied, en scooter et en bus.

Le paysage urbain de la capitale se transforme.
De nouveaux quartiers voient le jour.

Ainsi, nous voyons de plus en plus une opposition entre les campagnes et les villes. Entre les habitants ruraux pauvres et les habitants urbains plus riches. Les écarts de richesses se font sentir vraiment dans les villes.

Des rêves, il y en a ! Les dirigeants politiques
souhaitent que
KIGALI devienne « la Singapour de l’Afrique ».

Nous leur souhaitons bonne chance !

Posté par Jacqueline L.

LA TENDRESSE DE DIEU, IMMENSE ET DENSE COMME LA FORÊT !

Mardi 30 juillet 2019, nous fermons nos valises. Nous nous préparons à quitter le Rwanda. Et nous prenons notre petit déjeuner à 6 h du matin. L’heure de départ est prévue à 6 h 55. Nous quittons le Centre Diocésain de Pastorale INCUTI à Cyangugu.

Nous nous dirigeons vers le parc national de Nyungwe.
Les arbres sont grands et diversifiés. Nous pouvons voir, du car, des arbustes à fleurs roses claires et plus foncées.

La végétation est splendide, majestueuse, dense, avec des fleurs. Je peux dire que la forêt est divine ! Mes sens sont en alerte. J’observe. Je ressens.

Un petit singe noir avec un collier blanc autour du cou est sur le bord de la route ou dans les arbres.

Singe au cou noir-blanc
Colobes des Grands Lacs

C’est le singe des montagnes. Pour voir les singes, il est conseillé de venir à 6 h du matin, nous disent les gardes forestiers.

Nous nous enfonçons dans la forêt. Nous voyons des militaires qui sont répartis au bord de la route. Des lampadaires se dressent pour éclairer la route et renforcer la sécurité avec la frontière du Burundi.

Nous somme maintenant à 2400 m d’altitude et nous continuons à monter. Nous nous arrêtons à l’entrée du parc (site touristique d’Uwinka) à 2 460 m d’altitude … C’est le centre de la forêt.

Une forêt qui relie deux pays

La forêt de Nyungwe, qui relie les deux pays limitrophes, est répartie ainsi : 1019 km2 sur le territoire du Rwanda,
et 660 km2 sur le territoire du Burundi.

Chose étonnante : des militaires présents demandent à Mgr d’Ornellas de les bénir !

Accueil au Centre UWINKA(NYUNGWE)
Mgr d’Ornellas au milieu des soldats et garde-forêt de Nyungwe(Centre UWINKA)

Il est possible d’aller visiter la canopée par un pont suspendu, dans le parc. Le braconnage au Rwanda est très vivement sanctionné. Cette forêt est une forêt protégée.

Canopée du Parc de Nyungwe
Canopée de Nyungwe

Mes sens sont en éveil. J’admire la beauté de la forêt primaire. Des magnifiques et majestueux arbres se dressent des profondes vallées. Les acajous, haut de 80 m cherchent la lumière.

Grands arbres de Nyungwe
Forêt profonde à perte de vue …

Je suis profondément touchée de voir et sentir la forêt originelle où l’impact de l’homme est peu présente ; cette forêt est le royaume de nombreuses espèces de faune et de flore.

Monde originel de la création
de la main de Dieu.

Je devine la Tendresse de Dieu. Je peux voir les cimes des arbres verdoyantes, faisant comme une mer verte de végétation. Magnifique !!!

Ici la réflexion du pape François « Laudato Si » « Sois loué » prend tout son sens. Ainsi tout est lié. Tous les éléments de la création, de la terre, du ciel dépendent les uns des autres et l’espèce humaine en fait partie.

Loué sois-tu, Seigneur ( Laudato, Si ) !

Posté par Jacqueline L.

DIVERSITE DE L’AGRICULTURE ET DU PAYSAGE DU RWANDA

Quand nous sommes arrivés au Rwanda, nous avons constaté que c’est un pays aux paysages variés avec des richesses naturelles importantes tant au niveau de la forêt que de la faune sauvage, que vous aurez la possibilité de voir dans les grands parcs, après des heures de marche et de patience !

Voyage au rwanda pour voir les gorilles - Makila-Voyages
Circuit de Luxe au Rwanda, signé One&Only : à la rencontre des Gorilles, du  parc des Volcans & à Nyungwe - Privilèges Voyages

Il y a aussi un peu d’élevage , des vaches et des chèvres :

Ces richesses se développent au fur et à mesure des altitudes.
Ainsi, nous trouvons les forêts primaires remarquables à l’Ouest
et au Nord-Ouest. Des plantations de bananiers… tout près des maisons !

Les montagnes sont admirablement exploitées en une agriculture en terrasses où des céréales(blé … ) ou des légumes(pommes de terres..)sont semées

Au centre du Rwanda, nous trouvons les champs de café (à gauche) et de thé ( à droite) dans les plaines, et parfois sur les collines.

Autour des rivières et des terres humides,
nous trouvons les rizières :

Plantation du riz

A l’est, le paysage se transforme. Les montagnes disparaissent pour laisser la place à la Savane.

Nous avons été énormément émerveillés.
D’autres partages vont suivre…

Posté par Jacqueline L.

ET SI NOUS PARLIONS DE LA CUISINE RWANDAISE?

Je vous disais que l’accueil est très important pour les Rwandais. Chez eux, nous sommes « plus importants que l’or ».

Chacun est donc touché intérieurement par cette attention attachante. Attention que j’ai ressentie à travers la cuisine rwandaise.

Oui, nous avons reçu beaucoup à travers cette préparation culinaire, à travers les plats préparés et à travers la joie et le regard pétillant des personnes qui venaient nous servir.

Fête d'inauguration de la Chapelle dans la paroisse de TYAZO
Table des plats de fête

La cuisine rwandaise est copieuse, bonne et seine. Il est possible de manger, pour le petit-déjeuner, salé ou/et sucré

Exemple : potage, omelette … café/thé, lait, confiture, miel/sucre, beurre/margarine, pains/brioches

Le repas déjeuner/ dîner peuvent se composer de différents aliments: potage, fruits : bananes, prunes du japon, fruits de la passion

riz, haricot rouge, pomme de terre, poissons , frites, sauce tomate, petits pois, oignons, carottes…

Nous avons eu l’honneur de manger une brochette de chèvre. Cuisine très appréciée par les Rwandais. Je ne connaissais pas. J’ai trouvé la viande bien cuite et très bonne.

Et un très beau et bon dessert, le jour de l’ordination du Père Védaste!!

D’où viennent tous ces différents aliments?

S’il y a plusieurs sortes d’aliments et de fruits, c’est parce que l’agriculture rwandaise est très variée en fonction de la géographie
du terroir.

D’où la belle variété de fruits et légumes au marché .

Pour tout ce travail , ce sont souvent les femmes qui se lèvent tôt, vers 4 h du matin. Elles vont aux champs, aux rizières, aux terrasses. Elles travaillent dur physiquement.

Plus tard, elles retournent chez elles pour s’occuper des enfants et de leur famille. Ensuite, elles vont tisser des relations de voisinage et d’entraide.

Leur journée est bien remplie! Malgré la fatigue et le travail dur, elles gardent toujours le sourire.

Que vous dire!

Si nous avons eu une place de choix en tant qu’hôte privilégié, par l’accueil autour de bons mets et autour de nouvelles saveurs, tous les Rwandais ne mangent pas à leur faim. Dommage!

Cela n’a pas été facile pour moi de concilier le fait de bien manger, avec les difficultés alimentaires pour d’autres, complètement affamés.
J’en conclus que les inégalités existent partout.

Posté par Jacqueline L.

L’Église de la vieille Europe à la rencontre de la jeune Église d’Afrique

Plusieurs personnes de notre groupe, qui s’était rendu au Rwanda (2019), font partie de la paroisse Saint-Judicaël en Brocéliande (Bretagne ).

Cette paroisse comprend 7 clochers (Monterfil, Saint Péran, Treffendel, Maxent, Le Thélin, Plélan-le-Grand et Paimpont ) . L’église de Plélan-le-Grand en est le pôle eucharistique, c’est-à-dire le centre de rayonnement grâce à l’Eucharistie. C’est pourquoi j’ai voulu vous en parler.

Étymologie et histoire de Plélan

D’après « le livre de Pouillé de Rennes  » du chanoine Guillortin de Corson, Plélan était une paroisse dès l’an 843 . Le mot « Plélan » dérive de deux mots bretons : « plwyt » qui se prononce « plouef  » et qui veut dire paroisse et « lann » qui veut dire monastère.

La paroisse de Plélan a été modelée au cours des siècles par le roi Salomon, des abbayes, des seigneurs et noblesses locaux et par la population.

Durant ces temps immémoriaux, Plélan était aussi une châtellenie d’ancienneté avec un droit de haute justice s’exerçant « au Gué » de Plélan .

L’église actuelle date de 1850 à 1853. Il ne reste de l’ancienne église qu’une chapelle, et au nord, la tour construite vers 1620, avec un toit en carène et un campanile surmonté d’une flèche.

Le saint patron de cette église est Saint Pierre.

Eglise Saint Pierre de Plélan le Grand

De magnifiques vitraux et autres signes

Notre église comprend de magnifiques vitraux qui constituent de signes et enseignements liturgiques pour la population.

Vitraux de Plélan

Je m’en voudrais si je ne signalais pas le chœur de l’église avec son autel (la descente du Christ en croix), son ancien orgue à tuyaux et ses 2 chapelles. A gauche, la chapelle Sainte Anne (patronne de la Bretagne), à droite la chapelle de la Vierge.

Eglise de Plélan
Le choeur de l’égise de Plélan

Vous le voyez bien ! L’Église de notre bonne vieille Europe est comme une personne âgée dont il faut prendre soin. Enrichie par la Tradition et par les Saints, elle a traversé les siècles, et est en attente de nouvelles pousses où de nouveaux rameaux vigoureux apparaîtront. De nombreux fruits sont présents.

Aujourd’hui, nous avons la chance d’accueillir nos frères prêtres africains afin de poursuivre l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Je les remercie bien sincèrement.

Quid de l’ Église au Rwanda ?

Pendant mon voyage au Rwanda, j’ai été surprise par la jeunesse et le dynamisme de son Église. L’évangélisation y a été facile car les Rwandais ,nous disaient-ils, croyaient déjà en un seul Dieu, Celui qui donne la vie (HABYARIMANA), la croissance (HAKUZIMANA) , le temps et la pluie (NIYIGENA)…

Après le génocide, et grâce aux apparitions de Notre Dame de Kibeho, les Chrétiens sont revenus davantage à une vie d’église vivante et accueillante.

Le jeudi 25 juillet 2019, toute la délégation, accompagnée par le Père Protogène et par Mgr d’Ornellas sont accueillis à la cathédrale de Cyangugu(Ouest du Rwanda).

Le mercredi 31 juillet, nous visitons la 3ème paroisse créée par les Missionnaires Pères Blancs en 1903: Paroisse RWAZA
Oui, en 1903 !

Paroisse Rwaza

Ainsi, le premier baptême de cette paroisse du Nord du Rwanda, a été célébré en février 1905, le jeune garçon s’appelait Paulus, il était né en 1887 ! et la 1ère ordination de prêtre eu lieu en 1930.

Il s’agit là d’un moment exceptionnel, de pouvoir toucher du doigt le 1er baptisé.

Eglise cathédrale de Ruhengeli

Ruhengeri n’est pas seulement la capitale du tourisme!

Le jour-même, nous visitons la Cathédrale de Ruhengeri dont le saint Patron est Notre Dame de Fatima.

Pour rappel: en 3 ans, les Missionnaires avaient fondé 4 paroisses! le 08/02/1900: SAVE(au Centre); le 1/11/1900: ZAZA(Est); 1903: RWAZA(Nord)et MIBILIZI(Ouest).

Plus tard, nous avons aussi visité la cathédrale de KIBUNGO(Est du Rwanda)

Une belle liturgie qui évangélise

L’architecture des églises est belle, majestueuse. L’intérieur est grand et lumineux.

Les églises possèdent de magnifiques tabernacles qui à eux seuls évangélisent par leur beauté.

A l’intérieur des églises, il y règne une sérénité et une paix.

Tout annonce l’amour et la joie du Christ.

J’ai été touchée par la beauté des chemins de croix, sculptés et colorés :

Les chorales sont joyeuses, dynamiques et rythmées . Beaucoup de jeunes s’engagent habillés de la même manière comme chantres, comme musiciens …

A l’offertoire : les enfants dansent

J’ai été vraiment témoin d’une église fraternelle, accueillante. J’ai pu voir que de nouvelles paroisses voient le jour aujourd’hui. Ces nouvelles paroisses vont à la rencontre des Chrétiens, de la population, sur les collines reculées du Rwanda.

C’est une jeune et dynamique église qui évolue très vite, très … très vite !

Ainsi l’Église universelle comprend de nombreux visages … c’est toi … c’ est mon frère … c’est moi …

Posté par Jacqueline L.

Un autre regard pour une Église universelle !

Le jeudi 25 juillet 2019, après avoir participé à la célébration de 6 h 30, présidée par Mgr d’Ornellas à la Cathédrale de Cyangugu, et prié sur la tombe de Mgr Jean Damascène BIMENYIMANA (décédé le 11 mars 2018),

Eglise cathédrale de Cyangugu

je décide d’aller dans le groupe qui va se rendre à l’école NYABIGOMA(Paroisse de RASANO), pendant qu’un autre groupe se rend à l’hôpital de MIBILIZI.

En effet, je suis catéchiste. Aller au contact des enfants et voir une école rwandaise m’enthousiasme. Je pars avec de l’excitation mais aussi un peu d’appréhension.

J’ai conscience que ce voyage n’est pas un voyage ordinaire, c’est un voyage extraordinaire.

Les différentes rencontres organisées, ce peuple rwandais si accueillant, ce pays si varié avec ses richesses géographiques , climatiques et humaines m’imprègnent progressivement …

Symboles de la création et de la croissance

A Rasano, nous ne sommes pas seulement accueillis par le rythme du djembé, mais aussi les danses et les chants !

Ecoliers de Rasano à notre rencontre

Les enfants viennent à notre rencontre en portant dans leurs mains des animaux(achetés grâce l’aide financière envoyée au printemps 2019). Cela signifie la croissance, une évolution bienfaisante de leur vie.

Pour certaines familles rwandaises, il est difficile financièrement de scolariser leurs enfants. Ceux qui n’ont plus de parents sont confiés à d’autres personnes de la famille. Aucun enfant n’est livré à lui-même. Aucun enfant n’est seul.

Comme par hasard, j’avais mis dans mes bagages, des ballons et des bonbons. Que les enfants ont beaucoup apprécié les ballons !

Don des ballons
Bonbons pour les enfants

Partage et fraternité

Nous sommes entrés dans une classe bondée d’enfants. Je leur partage mon petit mot que j’avais préparé sur la fraternité :

« Pour vivre en frère, il faut savoir écouter et entendre le souffle de la terre, se mettre à l’écoute de son frère; Pour vivre en frère, il faut regarder la beauté de la Création et voir le Christ dans chacun de nos frères

Pour vivre en frère, il faut ouvrir son cœur très grand, y placer l’Amour de Dieu et vivre à l’unisson avec son prochain au rythme d’un même battement de cœur. »

En signe de cet amour, je dois remettre une enveloppe de notre groupe dans laquelle il y a de l’argent. Cet argent permettra de répondre un peu aux besoins de l’école.

Cette enveloppe est très lourde de sens. Oui, leur dis-je, il y a de l’argent lié aux dons et à la vente de porte-clés et de gâteaux par les enfants catéchisés et des adultes (chez nous, en Bretagne ).

Elle est lourde, car nous y avons déposé toute l’attention, l’amitié de chacun pour chacun des enfants ici et chacun de vous.

Elle est lourde, car elle porte la fraternité, notre fraternité pour chacun de vous. »

Pour une vie d’après

Chaque moment passé avec mes frères rwandais m’a donné une compréhension nouvelle et un contenu riche de l’« être en Église Universelle ».

Or, tel que je l’ai appris, la vie des Rwandais est basée sur ce proverbe : « Vivre, c’est être-avec » (« kubaho ni ukubana ») . Vous devinez que le prochain, l’autre, fait partie de leur vie.

Et c’est leur coutume, après un discours, de formuler ce souhait : « Mugire amahoro y’Imana »(Que la paix de Dieu soit avec vous). Tel est aussi notre souhait pour ces enfants, leurs parents et tout le Rwanda.

Dansons tous ensemble, après la grande fête de l’ordination.

Témoignage de Jacqueline L.

Au Sanctuaire Notre Dame de Kibeho

En l’honneur de l’anniversaire des apparitions de Notre Dame de Kibeho le 28 novembre( 2020), j’ai hâte de vous partager mes ressentis.

Rappelons que Kibeho est située au sud-ouest du Rwanda (District NYARUGURU, Diocèse de GIKONGORO), à 162 km de Kigali, la capitale du Rwanda.

Le mardi 30 juillet, nous faisons nos valises. Nous quittons la région de Cyangugu vers Kibeho.

Ce lieu d’apparition de la Vierge Marie a été reconnu par l’Église le 29 juin 2001.

Il est le seul lieu reconnu de toute l’Afrique situé au cœur du continent africain, et c’est au Rwanda !

Notre Dame de Kibeho est appelée MÈRE DU VERBE et aussi NOTRE DAME DES 7 DOULEURS.

Vue extérieure avec des pèlerins devant la Vierge de Kibeho.

Je prends conscience que je vais vivre un moment unique, un moment qui n’arrive pas souvent, que je peux appeler : moment exceptionnel !

Un peu d’histoire !

Les apparitions de Marie ont commencé en 1981 et se sont achevées en 1989. Marie s’est adressée à 3 jeunes filles : Alphonsine, Nathalie et Marie-Claire.

Le message de Marie est un message pour les RWANDAIS, mais aussi pour le monde entier, et qui s’adresse à tous encore aujourd’hui.

Marie nous met en garde contre les dangers que le monde courait et court encore si nous continuons à vivre loin de Dieu.

Elle demande que chacun s’adonne davantage à la prière et aux mortifications pour le salut du monde.

Nathalie a eu des visions où elle voyait couler du sang sur les collines du Rwanda. Elle a vu la Vierge Marie pleurer à cause de l’incrédulité et de l’impénitence des hommes, désobéissance continuelle aux commandements de Dieu.

A l’extérieur, sur le mur, le message de Marie.

Quelques temps après, en 1994, les Rwandais vivaient le terrible génocide.

Nathalie réside à Kibeho sur la demande de la Vierge Marie. Alphonsine devint religieuse, et Marie-Claire se maria religieusement.

Ce qui nous a manqué

Nous n’avons pas pu voir Nathalie. Cependant, nous avons été accueillis par un Père Marien qui nous a raconté le contenu du message de Notre Dame de Kibeho.

Nous visitons la magnifique église, à l’intérieur, une belle Vierge se tient debout, tenant un grand et long chapelet.

La statue de la Vierge est faite en fonction de ce que les voyantes ont décrit, suite aux apparitions. Marie n’est ni blanche, ni noire, ni mulâtre mais est colorée.

Le chapelet est très long et très grand mettant l’accent ainsi sur l’importance de la prière du Chapelet. Celui-ci comprend 7 grains et non 10 en rapport avec les 7 douleurs de Marie.

Des signes visibles

Nous visitons la chapelle (lieu des apparitions) où nous avons vécu ensemble une belle célébration présidée par Mgr d’Ornellas.

Le tabernacle de la chapelle.

Le lieu de Notre Dame de Kibeho se développe, et il y a de plus en plus de personnes à venir en pèlerinage. Ces apparitions mariales ont eu des répercutions sur tous les habitants du Rwanda.

Je ressens sensiblement le modelage de la Foi sur ces habitants, qui s’imprègne dans leur vie. Je vois l’impact sur la manière dont les Églises sont construites. Je vois un sens liturgique profond. L’Esprit-Saint est à l’œuvre et de nouvelles paroisses voient le jour, de nombreux jeunes hommes sont ordonnés prêtres …

La vie des Rwandais n’est pas facile et pourtant je vois leur bonté et leur sourire et je pense à un des messages donnés « souffrir dans la joie ». Il y a vraiment des signes visibles de transformation et de changement.

Le M de Marie est visible sur le vitrail du porche d’entrée.

Témoignage de Jacqueline L.

Accueil bousculant du peuple Rwandais !

Les voyageurs sont âgés entre 17 ans et plus de 80 ans : 9 paroissiens

venant de 3 paroisses différentes (Saint Aubin d’Aubigné, Noyal et Plélan le Grand)du Diocèse de Rennes, en Bretagne, accompagnés
par le Père Protogène et Mgr d’Ornellas.

Diocèse de Rennes
Bretagne : carte
Province ecclésiastique dont Mgr d’Ornellas est l’archevêque

Pendant une dizaine de jours, nous avons appris à nous connaître et avons tissé un lien solide amical et complice.

Nous avons ouvert nos yeux, nos oreilles mais surtout notre cœur, chacun tourné vers nos frères rwandais
et vers cette terre si belle et si unique.

Les sourires aux mille visages

Ce n’est pas seulement un pays aux mille collines ! Il y a aussi les sourires aux mille visages. Oui, je suis particulièrement touchée par l’accueil et les sourires du peuple rwandais. Chacun nous donne ce qu’il est vraiment, sans artifice, sans calcul, avec l’essentiel de leur cœur.

Les danses, les musiques, les partages, les bons repas préparés, les célébrations dansantes et rythmées, les relations fraternelles, … nous ont accompagnés pendant
tout notre séjour.

Accueillis comme des frères

Je me souviens, le samedi 27 juillet 2019. Nous avons pris le bateau sur le magnifique lac KIVU, en direction de la frontière du Congo. Nous avons fait escale sur un îlot pour nous rendre à NKOMBO ;

Traversée du lac Kivu vers NKOMBO
Notre bateau vers Nkombo

A notre arrivée, beaucoup de personnes nous attendent : enfants, adultes. Nous sommes accueillis par leur danse, leur chant, le rythme du djembe. La joie du peuple Rwandais, nous transperce et nous communique cette même joie, bousculant notre culture et nos attitudes plus froides.

Mais le chemin est abrupte, de couleur ocre avec des petites maisons parsemées à gauche et à droite… La population nous entoure. Certains poussent des cris de joie. Danseurs et musiciens nous accompagnent.

Père Valence et Père Prudence sont avec nous. J’échange avec celui-ci sur l’accueil
du peuple Rwandais. Et il me dit : « L’invité est aussi important que de l’or » !
Je vous laisse deviner la place privilégiée que nous avons eue pendant ce séjour.

Nous montons jusqu’à l’église cathédrale de Cyangugu où nous participons à une magnifique célébration rythmée et joyeuse.

Ce moment ainsi vécu m’a bouleversée. Ma vie, où je ne manque de rien, sur le plan alimentaire, a rencontré ceux qui ne mangeaient pas à leur faim. J’ai vu des enfants malnutris, une population qui a peu et pourtant me donne tout. Je suis saisie.
Je ne me sens pas bien.

Je décide d’acheter un djembé (fait avec un bidon en fer) en pensant que cela pourra aider financièrement ces Rwandais qui l’utilisaient ou le fabriquaient.

A vrai dire, cette expérience m’a permis de développer
mon humanité et ma spiritualité.

De Jacqueline L.