Archives pour la catégorie Le Rwanda,

AU FOYER DE CHARITE DU RWANDA

Nous étions partis dès 8 heures du matin de KIGALI, le 31 juillet 2019, pour 80 km, et nous commençons par une belle route de montagne, qui monte vers 2000 m d’altitude, peu à peu, nous sentons la fraîcheur !

Puis, nous continuons par 12 km de pistes… et nous découvrons enfin un cadre magnifique : collines, volcans, lacs, un écrin de verdure grandiose, devant le lac de Ruhondo.

C’est ici, dans ce cadre paisible, que nous découvrons le Foyer de charité « Vierge des pauvres ».

Connaissez-vous les Foyers de charité ?


Sûrement que oui ! Comme vous le savez, Marthe Robin ( née en 1902 dans la Drôme) , avait demandé au Père Finet, son accompagnateur spirituel, en 1936, de prêcher une retraite de 5 jours à Chateauneuf de Galaure.

Ce fut la naissance du 1° foyer, communauté à l’image des premiers chrétiens, qui mettaient en commun tous leurs biens.
Aujourd’hui, il existe 78 foyers sur 4 continents ! Et ils sont 2 au Rwanda ( Kigali et Ruhengeli )

Celui que nous découvrons ( Ruhengeli ) a été créé en 1965 ( c’était environ 30 ans avant le terrible génocide ), car :

Les responsables actuels organisent de nombreuses retraites : pour enfants, pour adolescents, pour adultes surtout ! elles essayent d’aider les familles en « travaillant » sur la régulation naturelle des naissances, afin de les libérer des méthodes artificielles.

A gauche, les bâtiment d’accueil des retraitants A droite, la chapelle

Les membres du Foyer nous accueillent avec simplicité et fraternité, pour nous faire visiter les lieux, où certains d’entre nous seraient bien restés une semaine !!

Nous célébrons l’Eucharistie dans cette belle chapelle, très simple et pure,

Puis, les animatrices nous offrent un temps convivial, bien agréable, avant de les quitter et de reprendre la route …

Nous étions très contents de découvrir ce Foyer dont certaines connaissaient notre diocèse de Rennes. Cela a facilité nos échanges. Nous gardons de bons souvenirs… et n’avons malheureusement pas eu le temps d’ entendre les magnifiques tambours …

Posté par Catherine M.

Les routes au Rwanda ?

Quel ne fut notre étonnement sur la variété de l’état des routes dans ce pays aux milles collines !

Le minibus de notre séjour
Notre joli mini bus presque tout terrain était prêt

Oui, le Rwanda, ce sont de belles routes goudronnées…

Un des routes goudronnées
Jusqu’ici tout va bien ….
Routes endommagées

Mais tout à coup, la route n’est plus « macadamisée » !

Circulation dense en ville, piétons, moto, voitures et camions s’entrecoupent et s’entrelacent.

Il y a eu aussi de belles pistes,

Pistes très montantes!
La main du chauffeur se cramponne …. et nous aussi !!
Pistes et beaucoup de poussières!
Ça commence à secouer !

Après, ça se complique !

Pistes au parc de Nyungwe
Nous passons à côté, parfois, ou bien ??

Un nouvel obstacle ( un tronc d’eucalyptus ) … à franchir plus ou moins rapidement !

Surprises de la route!
Un arbre barrait notre route
Les bucherons ont eu un bon coup de main de Lucien ! et nous avons pu passer…..
La pluie fait des dégâts
D’un côté un ravin, de l’autre la montagne

Bref le Rwanda, reconnu pour ses belles mille collines,
est aussi le pays des mille virages !

Des ponts en bois
Un joli petit pont de bois dans un virage, BRAVO au chauffeur !

Les temps de trajet ne se comptent pas en kilomètres, mais en heures,
heureusement le paysage est grandiose.
Que de souvenirs, même et surtout, quand il faut descendre
et marcher un peu,
si le passage est trop mauvais !

Pistes endommagées par l'érosion
Les effets de la pluie et de l’érosion

Il reste toujours un grand mystère, comment notre chauffeur a-t-il fait pour trouver son chemin au milieu de toutes ces pistes sans panneaux indicateurs (ou presque) ?….

David, notre chauffeur
Notre chauffeur, du début à la fin

nous l’avons bien félicité, et remercié de nous avoir tous ramenés
sains et saufs… jusqu’à l’aéroport !

Posté par Céline D.

Au Sanctuaire Notre Dame de Kibeho

En l’honneur de l’anniversaire des apparitions de Notre Dame de Kibeho le 28 novembre( 2020), j’ai hâte de vous partager mes ressentis.

Rappelons que Kibeho est située au sud-ouest du Rwanda (District NYARUGURU, Diocèse de GIKONGORO), à 162 km de Kigali, la capitale du Rwanda.

Le mardi 30 juillet, nous faisons nos valises. Nous quittons la région de Cyangugu vers Kibeho.

Ce lieu d’apparition de la Vierge Marie a été reconnu par l’Église le 29 juin 2001.

Il est le seul lieu reconnu de toute l’Afrique situé au cœur du continent africain, et c’est au Rwanda !

Notre Dame de Kibeho est appelée MÈRE DU VERBE et aussi NOTRE DAME DES 7 DOULEURS.

Vue extérieure avec des pèlerins devant la Vierge de Kibeho.

Je prends conscience que je vais vivre un moment unique, un moment qui n’arrive pas souvent, que je peux appeler : moment exceptionnel !

Un peu d’histoire !

Les apparitions de Marie ont commencé en 1981 et se sont achevées en 1989. Marie s’est adressée à 3 jeunes filles : Alphonsine, Nathalie et Marie-Claire.

Le message de Marie est un message pour les RWANDAIS, mais aussi pour le monde entier, et qui s’adresse à tous encore aujourd’hui.

Marie nous met en garde contre les dangers que le monde courait et court encore si nous continuons à vivre loin de Dieu.

Elle demande que chacun s’adonne davantage à la prière et aux mortifications pour le salut du monde.

Nathalie a eu des visions où elle voyait couler du sang sur les collines du Rwanda. Elle a vu la Vierge Marie pleurer à cause de l’incrédulité et de l’impénitence des hommes, désobéissance continuelle aux commandements de Dieu.

A l’extérieur, sur le mur, le message de Marie.

Quelques temps après, en 1994, les Rwandais vivaient le terrible génocide.

Nathalie réside à Kibeho sur la demande de la Vierge Marie. Alphonsine devint religieuse, et Marie-Claire se maria religieusement.

Ce qui nous a manqué

Nous n’avons pas pu voir Nathalie. Cependant, nous avons été accueillis par un Père Marien qui nous a raconté le contenu du message de Notre Dame de Kibeho.

Nous visitons la magnifique église, à l’intérieur, une belle Vierge se tient debout, tenant un grand et long chapelet.

La statue de la Vierge est faite en fonction de ce que les voyantes ont décrit, suite aux apparitions. Marie n’est ni blanche, ni noire, ni mulâtre mais est colorée.

Le chapelet est très long et très grand mettant l’accent ainsi sur l’importance de la prière du Chapelet. Celui-ci comprend 7 grains et non 10 en rapport avec les 7 douleurs de Marie.

Des signes visibles

Nous visitons la chapelle (lieu des apparitions) où nous avons vécu ensemble une belle célébration présidée par Mgr d’Ornellas.

Le tabernacle de la chapelle.

Le lieu de Notre Dame de Kibeho se développe, et il y a de plus en plus de personnes à venir en pèlerinage. Ces apparitions mariales ont eu des répercutions sur tous les habitants du Rwanda.

Je ressens sensiblement le modelage de la Foi sur ces habitants, qui s’imprègne dans leur vie. Je vois l’impact sur la manière dont les Églises sont construites. Je vois un sens liturgique profond. L’Esprit-Saint est à l’œuvre et de nouvelles paroisses voient le jour, de nombreux jeunes hommes sont ordonnés prêtres …

La vie des Rwandais n’est pas facile et pourtant je vois leur bonté et leur sourire et je pense à un des messages donnés « souffrir dans la joie ». Il y a vraiment des signes visibles de transformation et de changement.

Le M de Marie est visible sur le vitrail du porche d’entrée.

Témoignage de Jacqueline L.

CORONAVIRUS EST ARRIVE AU RWANDA?

C’est la question que nous posions à nos amis de là-bas. Et oui, la pandémie de Corona a aussi touché le Rwanda, nous disent-ils. Comme chez nous, en France, dès la mi-mars 2020, les rassemblements ont été interdits, les écoles, les églises, les bars fermés et les déplacements entre province interdits.

Les gestes barrières sont aussi appliqués (lavage des mains, pas d’embrassades, port du masque …)

Conséquences graves économiquement

Selon les informations que nous tenons de nos correspondants, beaucoup de travailleurs journaliers ont perdu leur travail et les commerçants ne pouvaient pas sortir de leur province pour se réapprovisionner.

Par contre, ceux qui vivent à la campagne continuaient de cultiver. Ce sont ceux qui habitent en ville qui connaissent d’importantes difficultés. Partout, c’est surtout au niveau économique que les conséquences ont été les plus importantes.

Centres de négoce de la campagne

Ainsi, grâce à vos dons que nous avons transmis à la Caritas de Cyangugu, nous avons pu aider 80 familles (merci encore aux donateurs!), aux alentours de Kamembe(ville de Rusizi).

La bonne nouvelle, c’est que les déplacements intra provinciaux ont été de nouveau autorisés début mai, sauf avec le District de RUSIZI qui n’a été dé-confiné qu’en septembre.

Réouverture des écoles

Après 8 mois de fermeture, le Rwanda a opté pour la rentrée progressive. Le mois d’octobre a été réservé aux universités, instituts supérieurs et les écoles secondaires ou techniques.

L’école primaire, pour les 5 et 6 eme année, a repris le 2 novembre. Notons qu’ à l’école de Nyabigoma 6 élèves ne sont pas revenus: ont-ils changé d’école ou de domicile? La Direction s’interroge.

Les 4 èmes années reprendront les cours le 23 novembre mais il n’y a pas encore de dates de reprise pour les 1ere, 2nde et 3 ème année…non plus pour les maternelles!

Gestion stricte de Covid-19

Ces mesures appliquées drastiquement, ont permis de limiter grandement le nombre de cas(130 cas entre la mi mars et la mi avril et premier décès début juin). Même si le nombre de décès augmente, ce pays semble maîtriser le Covid-19. Presque dans un mois, on est passé de 35 à 46 décès:

La preuve de cette bonne gestion est que le Rwanda figure sur la liste des rares pays dont les citoyens sont autorisés à entrer dans le ciel européen et anglais, même en France(10-novembre-2020)sans obligation d’examen biologique de dépistage ni de quatorzaine.

Posté par Céline D.

Accueil bousculant du peuple Rwandais !

Les voyageurs sont âgés entre 17 ans et plus de 80 ans : 9 paroissiens

venant de 3 paroisses différentes (Saint Aubin d’Aubigné, Noyal et Plélan le Grand)du Diocèse de Rennes, en Bretagne, accompagnés
par le Père Protogène et Mgr d’Ornellas.

Diocèse de Rennes
Bretagne : carte
Province ecclésiastique dont Mgr d’Ornellas est l’archevêque

Pendant une dizaine de jours, nous avons appris à nous connaître et avons tissé un lien solide amical et complice.

Nous avons ouvert nos yeux, nos oreilles mais surtout notre cœur, chacun tourné vers nos frères rwandais
et vers cette terre si belle et si unique.

Les sourires aux mille visages

Ce n’est pas seulement un pays aux mille collines ! Il y a aussi les sourires aux mille visages. Oui, je suis particulièrement touchée par l’accueil et les sourires du peuple rwandais. Chacun nous donne ce qu’il est vraiment, sans artifice, sans calcul, avec l’essentiel de leur cœur.

Les danses, les musiques, les partages, les bons repas préparés, les célébrations dansantes et rythmées, les relations fraternelles, … nous ont accompagnés pendant
tout notre séjour.

Accueillis comme des frères

Je me souviens, le samedi 27 juillet 2019. Nous avons pris le bateau sur le magnifique lac KIVU, en direction de la frontière du Congo. Nous avons fait escale sur un îlot pour nous rendre à NKOMBO ;

Traversée du lac Kivu vers NKOMBO
Notre bateau vers Nkombo

A notre arrivée, beaucoup de personnes nous attendent : enfants, adultes. Nous sommes accueillis par leur danse, leur chant, le rythme du djembe. La joie du peuple Rwandais, nous transperce et nous communique cette même joie, bousculant notre culture et nos attitudes plus froides.

Mais le chemin est abrupte, de couleur ocre avec des petites maisons parsemées à gauche et à droite… La population nous entoure. Certains poussent des cris de joie. Danseurs et musiciens nous accompagnent.

Père Valence et Père Prudence sont avec nous. J’échange avec celui-ci sur l’accueil
du peuple Rwandais. Et il me dit : « L’invité est aussi important que de l’or » !
Je vous laisse deviner la place privilégiée que nous avons eue pendant ce séjour.

Nous montons jusqu’à l’église cathédrale de Cyangugu où nous participons à une magnifique célébration rythmée et joyeuse.

Ce moment ainsi vécu m’a bouleversée. Ma vie, où je ne manque de rien, sur le plan alimentaire, a rencontré ceux qui ne mangeaient pas à leur faim. J’ai vu des enfants malnutris, une population qui a peu et pourtant me donne tout. Je suis saisie.
Je ne me sens pas bien.

Je décide d’acheter un djembé (fait avec un bidon en fer) en pensant que cela pourra aider financièrement ces Rwandais qui l’utilisaient ou le fabriquaient.

A vrai dire, cette expérience m’a permis de développer
mon humanité et ma spiritualité.

De Jacqueline L.

RWANDA, Pays aux mille collines ?

Nous avions entendu parler de ce « pays aux mille collines »! Était-ce la même chaleur qu’ailleurs en Afrique ? Sera-t-elle supportable ?
Nous nous posions des questions.

Petit rappel géographique

Le RWANDA est un petit pays d’Afrique de l’Est ; très enclavé, il est coincé entre la RDC (Kinshasa) à l’Ouest, la Tanzanie à l’Est, l’Ouganda au Nord et le Burundi au Sud.
Sa superficie (26338 km²) l’égale presque à notre Bretagne ( 27200 km²).

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-18.png

Son altitude se situe entre 1400 m et 3000 m, tandis que sa population est de plus de 12 400 000 habitants alors que la Bretagne ne compte que 3 400 000 h.
Le diocèse de Cyangugu, qui nous avait invités, se trouve au Sud-Ouest du Rwanda, au bord du lac Kivu, et à la frontière avec la RDC.

Pourquoi mille collines ? ?

Paysages grandioses, verdoyants, vallonnés et même montagneux,
des volcans , des lacs …

Vues sur le lac Kivu
des torrents,
des collines à perte de vue
et de splendides soleils couchants !

Tout cela ne ressemblait pas à la Bretagne !

Et, pour ceux qui étaient déjà allés en Afrique, nous avions surtout des souvenirs de paysages secs et désertiques.
Ici, ce fut l’étonnement de voir toute cette verdure.

Vous découvrirez plus tard la végétation, les fleurs, les fruits …

Nous vous surprendrons peut-être avec les routes, les virages…

Posté par Catherine M.